BAS-CANADA

PROVINCE BRITANNIQUE

 

Topographical map of the districts of Quebec, Three Rivers, St.Francis and Gaspé, Lower Canada 

1831, Joseph Bouchette

 

Cartes disponibles

 

-Topographical map of the districts of Quebec, Three Rivers, St.Francis and Gaspé, Lower Canada-

-bientôt-

-bientôt-

 

Création de la province britannique:
26 décembre 1791. L'entité auparavante était dénommée "Province de Québec"
Fin de la dénomination du Bas-Canada:
10 février 1841, à la suite de la fusion du Haut-Canada et du Bas-Canada pour une dénomination commune de "La Province du Canada" ou Canada-Uni.
Localisation géographique:
Bas-Canada
Étymologie (pour le mot "Canada"):
Le nom « Canada » vient probablement du mot huron-iroquois « kanata », désignant un « village » ou « bourgade ». En 1535, lorsque deux jeunes autochtones indiquent à l’explorateur français Jacques Cartier le chemin de kanata, ils font en fait allusion au village de Stadacona, l’emplacement actuel de la ville de Québec. Faute d’une autre appellation, Cartier baptise du nom « Canada » non seulement le village, mais aussi tout le territoire gouverné par son chef, Donnacona.
Le nom en vient bientôt à s’appliquer à une région beaucoup plus étendue; en effet, sur les cartes de 1547, tout le territoire au nord du fleuve Saint-Laurent est appelé « Canada ». Cartier a également appelé le fleuve Saint-Laurent la « rivière du Canada », nom utilisé jusqu’au début des années 1600. En 1616, bien que toute la région soit connue sous le nom de Nouvelle-France, le territoire bordant la grande rivière du Canada et le golfe du Saint-Laurent est encore appelé Canada.
Très bientôt les explorateurs et les commerçants de fourrures s’aventurent à l’ouest et au sud, et le territoire connu sous le nom de « Canada » s’agrandit. Au début des années 1700, ce nom désignait toutes les terres françaises qui constituent l’actuel Midwest américain et s’étendent, au sud, jusqu’à la Louisiane. Le nom « Canada » est officiellement utilisé pour la première fois en 1791, lorsque la province de Québec est divisée en deux colonies : le Haut-Canada et le Bas-Canada. En 1841, les deux colonies sont réunifiées sous le nom de province du Canada.
Description et Histoire:
À la suite de l'accession des États-Unis à l'indépendance en 1776, des milliers de loyalistes fuient le pays en direction des territoires restés sous la juridiction de la Grande-Bretagne. La province de Québec, sous contrôle britannique depuis la Guerre de la Conquête, reçoit une partie de ces derniers, et ce même si elle est majoritairement habitée depuis la Nouvelle-France par des citoyens francophones et catholiques. Les loyalistes débuteront la colonisation de deux régions encore pratiquement inhabitées : les Western Townships (nord du lac Ontario) et les Eastern Townships (aujourd'hui l'Estrie). Les autorités privilégient le développement des cantons de l'ouest de la province où ils ont le projet d'établir une colonie distincte aux mœurs britanniques, évitant les basses-terres du Saint-Laurent où la culture française est déjà implantée sur un vaste territoire colonisé. Rapidement, les colons loyalistes protestent contre la structure politique de la colonie où les francophones, par leur poids démographique et par l'Acte de Québec, représentent une majorité dérangeante à l'établissement d'une société calquée sur celle de l'Angleterre.
Création du Bas-Canada
En 1791, en réponse à l'afflux des loyalistes, le parlement de Grande-Bretagne décide de procéder à un redécoupage de la province de Québec d'après un clivage ethnique, créant ainsi le Haut-Canada, à l'ouest, et le Bas-Canada, à l'est. Londres adopte l'Acte constitutionnel, qui apporte différentes mesures visant à contenter les loyalistes tout en s'assurant de la loyauté des descendants français, le tout dans le contexte de l'après-révolution américaine. Dans le Bas-Canada, la pratique de la religion catholique et l'usage du Code civil français (Code civil du Bas-Canada) est respecté et un parlementarisme basé sur le système de Westminster y est implanté. La nouvelle Chambre d'assemblée du Bas-Canada, dont les représentants sont élus, possède le pouvoir de prélever des impôts. Cependant, le gouverneur de l'Amérique du Nord britannique, nommé par le monarque britannique, possède un droit de veto. De plus, le Conseil législatif du Bas-Canada, chambre haute à majorité anglophone, peut rejeter les projets de loi de la chambre basse. Ainsi, même si le peuple est représenté, le pouvoir est majoritairement exercé par la minorité britannique. Au niveau politique, le Parti canadien affronte le Parti bureaucrate..
Le pouvoir britannique, les francais-Canadiens et le Canada Uni
L'influence britannique est de plus en plus forte au Bas-Canada en raison de l'immigration. De nombreuses institutions, comme la Bank of Montreal ou l'Université McGill, voient le jour. Le projet d'unir le Haut et le Bas-Canada, pour créer une seule grande colonie de culture britannique, commence à faire des adeptes. Le gouverneur George Ramsay entretient de mauvais rapports avec les patriotes canadiens, jusqu'à s'opposer directement à Papineau et en prorogeant la session parlementaire en 1827. En retour, des résolutions contre Ramsay sont envoyées à Londres, qui décide finalement de le remplacer. Un comité spécial recommande de limiter l'intervention arbitraire du gouverneur et écarte le projet d'union entre les deux Canada.
La tension entre patriotes francophones et loyalistes britanniques atteint un paroxysme à la fin des années 1830. Deux organisations paramilitaires, la Société des Fils de la Liberté et le Doric Club, s'affrontent physiquement à Montréal. Le général John Colborne prépare les troupes britanniques contre l'insurrection des patriotes. L'église catholique prend le camp des britanniques. L'Assemblée des six-comtés, en Montérégie, annonce le conflit imminent. La Rébellion des Patriotes débute avec à sa tête Louis-Joseph Papineau mais également les frères Robert et Wolfred Nelson, intellectuels francophiles. Le Bas-Canada déclare son indépendance en février 1838 et la République du Bas-Canada est autoproclamée. Les patriotes encaissent cependant les défaites face aux troupes coloniales britanniques. Ils doivent retraiter vers les États-Unis pour préparer une contre-attaque. Ces résistants, les Frères chasseurs, cherchent à établir des alliances avec les insurgés haut-canadiens et les Américains, sans succès. Papineau, de son côté, ne réussit pas à obtenir l'appui de la France.
En février 1839, le Rapport sur les affaires de l'Amérique du Nord britannique propose l'union entre le Haut et le Bas-Canada afin de faciliter l'assimilation culturelle des francophones. L'union donnera naissance à la province du Canada en 1841.

 

COMMANDE D'ACTES ET REGISTRES

 

Description du produit:

- Image haute-définition en couleur simulée en format JPEG

- Transcription intégrale du feuillet en format PDF

 

Une fois la transaction complétée, vous recevrez prestamment un lien de téléchargement par courriel.

Délai: 60 minutes

 

Faites votre choix
Type de registre
Nom de la paroisse
Année et Feuillet (folio)