SEIGNEURIE DES DEUX-MONTAGNES

RÉGION DES LAURENTIDES

 

Plan de la seigneurie du Lac-des-Deux-Montagnes - 1798 - papier - Louis Guy

 

Cartes disponibles

DATE DESCRIPTION
entre 1765 et 1770 Plan de la province de Québec
1798 Plan de la seigneurie du Lac-des-Deux-Montagnes appartenante à Messieurs les ecclésiastiques du Séminaire de Montréal seigneurs de l'Île de Montréal.
1830 env. Figuration plan to accompagny the first report of the survey of the seigniories des Deux Montagnes, des Mill Isles, d'Argenteuil, de Terrbonne, de la Rivière-du-Chêne et de Blainville
1854 Plan d'une partie du domaine seigneurial du Lac-des-Deux-Montagnes sur la rivière des Ottawa / Canada Est / appartenant aux M.M. du Séminaire de Saint-Sulpice de Montréal

 

Fondation:
17 octobre 1717
Localisation géographique:
Région des Laurentides
Géolocalisation "Google Earth" de la salle des cartes:
Étymologie:
 La présence du lac des Deux Montagnes dans le paysage est reflétée tant dans la dénomination ancienne (sur-le-Lac) qu'actuelle. Cette nappe d'eau, remarquable notamment par la présence des îles Perrot, de Montréal, Bizard et Jésus, doit son nom à la proximité des collines d'Oka, comme le suggèrent, entre autres, Bellin (1744) et Bouchette (1815). Toutefois, certains considèrent que la montagne de Rigaud a également pu être prise en considération avec les collines d'Oka. Ce nom fut attribué à la seigneurie

 

 

Inventaire des concessions, foi et hommages et aveux et dénombrements

 

DATE ÉVÉNEMENTS & DOCUMENTS
17 octobre 1717 Acte de concession de Philippe de Rigaud, marquis de Vaudreuil, et de Michel Bégon, gouverneur et intendant de la Nouvelle-France, à Messieurs les Ecclésiastiques du séminaire de Saint-Sulpice établis à Montréal d'un terrain de trois lieues et demye de front à commencer au ruisseau qui tombe dans la grande baye du lac des DeuxMontagnes, et en remontant le long du dit lac et du fleuve St-Laurent sur trois lieues de profondeur, pour y transporter la mission des Sauvages du Sault-au-Récollet dans l'ile de Montréal dont ils sont chargés, à condition qu’ils feront à leurs dépens toute la dépense nécessaire pour le changement de la dite mission et, d ’y faire bâtir aussi à leurs dépens une église et un fort de pierre pour la sûreté des Sauvages, suivant les plans qui nous en seront par eux remis incessamment pour être par nous vus et approuvés et que les dits bâtiments seront finis dans l’espace de deux ans. A titre de fief et seigneurie. (Registre d'intendance no 6, folio 9)
27 avril 1718 Acte de ratification par Sa Majesté de la concession accordée par MM. de Vaudreuil et Bégon, gouverneur et intendant de la Nouvelle-France, aux Ecclésiastiques de Saint-Sulpice établis à Paris, desquels dépendent ceux du séminaire de Saint-Sulpice établi à Montréal, le 17 octobre 1717. (Insinuations du Conseil Souverain ou Supérieur, cahier no 5, folio 30.)
20 octobre 1731 Aveu et dénombrement de messire Louis Normant, prêtre du séminaire de Saint-Sulpice établi en la ville de Montréal, au nom et comme procureur de MM. les Ecclésiastiques du séminaire de Saint-Sulpice de Paris, pour le fief et seigneurie du Lac des Deux-Montagnes.(Aveux et dénombrements, régime français, cahier no 1, folio 362.)
26 septembre 1733 Acte de concession du marquis de Beauhamois et de Gilles Hoequart, gouverneur et intendant de la Nouvelle-France, h MM. les Ecclésiastiques du séminaire de Saint-Sulpice à Paris, d ’une “ étendue de terre non concédée comprise entre la ligne de la seigneurie appartenante aux représentants les feu sieurs de Langloiserie et Petit, et celle de la seigneurie du lac des Deux-Montagnes appartenante au dit séminaire, sur le front d ’environ deux lieues sur le lac des Deux-Montagnes ; le dit terrain aboutissant en angle formé par les deux lignes cy-dessus, dont les rhumbs de vent ont été réglés, savoir : celle de la seigneurie du lac des Deux-Montagnes sud 1/4, s. o. et n. 1/4 n. e., par arrest du Conseil Supérieur du 5 octobre 1722, et celle des sieurs Langloiserie et Petit, sud-est et nord-ouest, qui est le rhumb de vent réglé pour toutes les seigneuries situées sur le fleuve Saint-Laurent, par règlement du dit Conseil du 26 mai 1676, article 28, avec les isles et islets non concédés et battîmes adjacentes à la dite étendue de terre.” A titre de fief et seigneurie, haute, moyenne et basse justice. (Registre d'intendance no 7, folio 22)
1 mars 1735 Acte de ratification par Sa Majesté de la concession en augmentation accordée par MM. de Beauhamois et Hocquart, gouverneur et intendant de la Nouvelle-France, aux Ecclésiastiques de Saint-Sulpice, établis à Paris, desquels dépendent ceux du séminaire de Saint-Sulpice établi à Montréal, le 26 septembre 1733. (Insinuations du Conseil Souverain ou Supérieur, cahier no 7, folio 72)
21 avril 1764 Acte de donation et de délaissement de MM. Jean Couturier, docteur de Sorbonne, supérieur du séminaire de Saint-Sulpice établi à Paris, Grix de Beaupoil, Claude Bourachot, Louis Legrand, aussi docteur de Sorbonne, et Jean Noiroud, bachelier de Sorbonne, tous prêtres du séminaire de Saint-Sulpice, y demeurant et représentant la , communauté du dit Séminaire, à M. Etienne de Montgolfier, prêtre, supérieur du séminaire de Montréal, stipulant tant pour lui que pour les ecclésiastiques du dit séminaire de Montréal, des terres et seigneuries de Montréal, de la côte Saint-Sulpice, du Lac des Deux-Montagnes, de la moitié des terres et seigneuries de Bourchemin et de SaintHerman, etc., etc.(Greffe de Mathon et Dueloz, conseillers du Roi, notaires à Paris,)
26 septembre 1780 Procès-verbal de la ligne de séparation entre la seigneurie du Lac des Deux-Montagnes et celle de M. Pierre Louis Panet (seigneurie d ’Ailleboust) et compromis entre les seigneurs respectifs au regard de la dite ligne. (Greffe de Joseph Papineau, arpenteur juré à Montréal)
3 février 1780 Acte de foi et hommage de messire Jean Brassier, prêtre et procureur du séminaire de Montréal, pour le fief et seigneurie du Lac des Deux-Montagnes.(Pois et hommages, régime anglais, cahier no 1, folio 81)
24 août 1861 Cadastre de la seigneurie du Lac des Deux-Montagnes, possédée par les ecclésiastiques du séminaire de Saint-Sulpice de Montreal, fait le 24 août 1861, par Norbert Dumas, écuyer, commissaire (no 70).